Justin,ou l'école buissonnière...

Publié le par Lou Reïgis


<< Qu'as tu appris à l'école mon fils,
<< à l'école aujourd'hui ?>>
<< Qu'as tu appris à l'école mon fils,
<< à l'école aujourd'hui ?>>
Les plus anciens se souviennent sans doute de cette chanson de Graeme Allwright, troubadour Néo-Zélandais, qui accompagna moult soirée de copains-copines, dans les années..... pfuiiiit !
Cette chanson dit en résumé, que le maître d'école enseigne un idéal moral, démenti par la réalité observée, du petit garçon de la ballade du père Allwright.
Justin, enfant d'une dizaine d'année,  a qui les parents ont donnés un prénom de saucisson qui fait florès dans la cours de récréation de son école, et qui, malgré l'amalgame moqueur à une publicité, ne parviendra jamais à faire oublier la douceur et la poésie du prénom Justin, accompagnait une bande d'adultes délurés, entre Mézilhac-Sardige et Lachamp-Raphael.
Je crois que Justin gardera un souvenir rare et précieux du véritable enseignement donné au petit garçon qu'il est pour si peu de temps encore, par quelques grandes personnes attentives à parfaire son éducation, au cours de cette très belle balade.....
Le premier qui s'y employa fut Caminarès. Hébergé chez votre serviteur soucieux de lui rappeler ses origines Ardéchoises par la délicate attention d'une salade de châtaigne au souper, Caminarès se trouva soudain embarrassé par des flatulences intempestives tout au long du week-end.
Le naturel et le sens de la pédagogie qui le caractérise, trouva auprès de Justin matière, si j'ose dire, à s'exprimer.
Ne pouvant plus contenir dans les limites sombres, sonores et olfactives d'intestins en rupture de contraintes sociales, il s'ouvrit soudain à une musicalité anale, propre ( bel euphémisme... ) à soulager sa plomberie intérieure. Justin, que la compagnie des adultes enchantait, n'en perdit pas une oreille, un peu surpris, certes, mais pas plus que cela, considérant finalement que son Papa était dans la norme, et que, somme toute, c'était plutôt rassurant d'avoir un géniteur à l'identique, au moins dans le domaine de cet usage particulier du fondement.
Mais là ou Justin rosit un brin, ce fut lorsque Caminarès, levant un doigt majestueux et péremptoire, lui asséna cette vérité première que l'éducation nationale néglige d'enseigner on se demande bien pourquoi d'ailleurs, et qu'il énonça comme suit: " Un homme qui ni ne rote ni ne pète est un homme voué à l'implosion (1)." Et il ajouta: "Justin, dans les cours de physique-chimie que tu suivras un jour, n'omets jamais de signaler ces gaz là, ils sont utiles et sans dangers pour l'humanité, eux "!
Justin ne fut pas au bout de ses surprises d'écolier buissonnier, il me faut ici souligner la curiosité qu'il manifesta à l'écoute des conseils thérapeutiques à base de phytothérapie, ou du bon usage des graines de courges et de gingembres pour, entre autre, les problèmes de  prostate, les déficiences de l'érection et l'éjaculation précoce...... dont d'ailleurs une indigne gourgandine affirma au sus de tous, et bien sur de Justin, que Lou Reïgis est un éjaculateur précoce ! La vie privé et sexuelle demande un peu de discrétion, Big Bisous Chérie.......... et qu'il est des manières plus élégantes de signifier les motifs de la cessation de notre relation, qui n'était ni conjugale, ni extra... Ah mais !
Justin est un petit garçon intelligent et philosophe déjà, qu'il laisse dire les adultes avec un solide quant à soit.
Il ramena la conversation sur un sujet autrement plus sérieux, le footeballe, et le match Saint Etienne- Bordeaux, dont il anticipait le résultat avec la résignation d'un supporter des Verts déçu par les premières prestations de son équipe fétiche, et à qui il ne donnait pas cher de leur maillot, fusse dans le chaudron de Geoffroy-Guichard.
Ce à quoi je répondis que Sainté allait gagner, que j'ai eu raison, et samedi soir Justin a du être heureux comme un pape du résultat.
Pour moi comme pour Justin, ce fut la cerise sur le gâteau, augmenté de la défaite de l'OM, ce qui est toujours une excellente nouvelle, n'en déplaise à Camirarès, quand son équipe à lui boit la tasse dans le Vieux Port.(2)
Voyez, à n'en pas douter, nous sommes tous de grands Justin.

P1010061.jpg
Lou Reïgis

(1) La véritable citation est "Tout homme qui ne rôte ni ne pète est voué à l'éclatement". Mais dois-je en vouloir à Lou Réïgis de trahir, et mes dires , et mes incongrutés???
(2)
Certes, l'OM, pas en forme, a perdu. Mais qui sera devant à la fin du championnat?

Caminares, (afin de rétablir quelques vérités premières....)






 
 

Commenter cet article