Pèle-mêle, Méli-mélo, suite au fil de l'eau...

Publié le par Lou Reïgis

 

 

Le mois d'août tire à sa fin et à vue sur septembre. Et comme dans les bons crimes, il sera innocenté par le jugement du populaire qui, comme on le sait, est le procureur assermenté et assez menteur des vaudevilles de nos Cours d'Assises.

Or donc, tout un chacun retrouve petit à petit l'appétit du rendez vous devant les portes du pénitencier du joug volontaire auquel il se soumet. Caminares, heureux cooptère de circonstance, après une dernière escapade en Tanargue, ( Mont Aigu, massif du Tanargue.), quelques ablutions farnientèses dans le ruisseau du Boyon en vallée de l'Eyrieux,Creme-glagee-ardechoise 0244

et quelques digestions siesteuses en ma demeure St Fortunéenne,

Creme-glagee-ardechoise-0241.JPG

a rejoint ses pénates, en père peinard syndicalisé.

Pour votre serviteur, rien de bien nouveau sous l'emblème blême de la coquille de l'aire de repos de Portes lès Valences, sur l'A7. Mon pote Francis m'a fait parvenir une chronique de l'hebdo Marianne sur le vécu des employé(e)s d'Autoroutes et les observations qu'ils font in situ des comportements des usagers de la saison estivale. Rien à rajouter sur l'incivilité endémique, la vulgarité des tenues vestimentaires, la grossièreté dès qui ont de grosses cylindrées, l'absence la plus élémentaire des règles d'hygiène, et au milieu de tout cela, l'harassant travail de maintient en état des lieux des employé(e)s de station service, et le "prendre sur soit" érigé si non en vertu, mais plus sûrement en conscience professionnelle. Des claques aux morveux impolies, il s'en perd. Des coups de pieds au cul aux "Tamalous"(1) incivils, il s'en perd. Des leçons de conduite aux automobilistes, il s'en perd. Des insultes vulgaires et ordurières qui mériteraient dépôt de plainte devant tribunal pour outrage au genre humain, il s'en perd. N'en jetons plus, la station est pleine... Juillet/août, le drapeau noir de l'anarchie flotte sur la marmite où se mitonne la civilisation de demain. Dans cette océan de médiocrité, une oasis parfois. Le sourire gracieux d'une petite fille... Le joli petit cul d'une demoiselle... Le pourboire en remerciement d'un accueil souriant... L'attendrissement devant un vieux couple timide et qui ne sait plus où il se trouve échoué... Une paire de nibards à vous procurer des érections oculaires, et dont la détentrice vous glisse une oeillade ravageuse... Ce bon vieux Mistral qui soulève la jupe d'une drôlesse ne portant aucune culotte, pas même un string... Un vieil Anglais dans une Torpédo des années folles... Ce side-cariste, ancien tollard, qui sur la route de la repentance, a peint le visage du Christ, quelques versets biblique et sur une banderole inscrit:"Jésus t'aime"...

Dans  ma précédente chronique,  Pêle-mêle et Méli-mélo... , quelques informations culturelles vous furent délivrées. Le Forestier est toujours d'actualité, ça va de soit, mais aussi écoutez donc le dénommé Stromae. Francis, Caminarès et tous les autres, avant qu'on deviennent définitivement de vieux cons ( ce qui est notre pente naturelle...) écoutons Stromae.(2) Cet artiste a quelque chose du Grand Jacques. Et pas parce qu'il est Belge comme son illustre compatriote. C'est de la belle poésie. Tout simplement.

DownloadedFile.jpgimages

Quelques ouvrages littéraires de rentrée, j'en ai pas. Je suis à deux doigts de laisser tomber Louis Ferdinand, il donne envie de vomir. Je vais le donner discrètement à une vielle connaissance, anti- sémite jusqu'au trognon, et qui sera ravi d'alimenter sa détestation Judéo-Chrétienne du Juif, penchant naturel de tout bon catho... (relire le dernier interwew de St Abbé Pierre...)...

Tient, je vais relire quelques "Chroniques du Tour de France" d'Antoine Blondin, et me plonger dans la lecture des Mémoire d'Hadrien de Marguerite Antoinette Jeanne Marie Ghislaine Cleenewerck de Créyencourt... ouf!... Mme Yourcenar fut un bel et grand écrivain, extirpé de ma bibliothèque par mon cadet, un peu fainéant en lecture , et qui l'a laissé choir sur le divan du salon, avant de retourner en son château Versaillais.

images-copie-1.jpgimages-copie-2.jpeg

Voilà pèle mêle et méli-mélo au fil de l'eau, une de ces estives personnelles que  septembre range en souvenirs aléatoires, dans les rayonnages poussiéreux de nos bibliothèques de la mémoire.Creme-glagee-ardechoise-0246.JPG

Le Boyon.

(1) "Tamalous" voyageurs des cars de tourisme, âgés, et qui, à la descente de leur bus, se questionnent entre eux: "T'a mal où, toi?"...

(2) Stromae, album à écouter, entre autre: "Formidable"

Publié dans chronique

Commenter cet article