Les tartuffes

Publié le par Lou Reïgis

Arthur et Zoé, César et Cléopatre, Merlin et Viviane, Abélard et Eloïse, Scherly et Dino, bref, les duos sont de retour en cette saison des feuilles mortes...

Aujourd'hui c'est le couple improbable Martine et François qui se disputent les suffrages de l'hurluberlu "peuple de gauche"...

Mon pote Caminares, qui veut bien tout faire péter avec le nom de Dieu de circonstance, s'en va aller voter avec la résignation des incroyants lucides pris dans la nasse des regréteurs d'hier...

Et les quelques commentaires frappés au coin du bon sens, celui qui est à gauche au fond du couloir, celui de votre serviteur Lou Reïgis, semblent le mettre dans ces colères propre à déclencher une de ces crises hémorroïdales dont j'ai moi même connu les vicissitudes douloureuses...

Mais enfin quoi ! la liberté d'expression serait elle réservée à la pensée unique de la senestre? Serai je interdit d'exprimer la vacuité de l'idée qu'il y aurait un peuple de "gauche"? Que ce grand couillon de Montebourg est une couille molle qui réclame une 6ème République tout en se ralliant au père François? Que Martine est une boureuse d'urnes qui valut une élimination honteuse à ma chère Ségolène? Et que se faisant, elle ne vaut pas un pet de lapin dans cette farce démocratique? Et qu'être adoubé par Chirac vaut son pesant de cacahouètes en matière d'immobilisme politique et de servitude aux grands argentiers de la planète? Que j'ai déjà voté à gauche avec un grand éclat de rire? Que je récidiverais avec un vrai fou rire cette fois? 

Et que j'ai été profondément ému par les larmes de ma Royal Ségolène?

Que les tartuffes de gauche naviguent sous gréments de fortune par tribord?...


Publié dans chronique

Commenter cet article