Les cloches de mon village

Publié le par lou Reïgis

      Elles sonnent à toute volée trois fois par jour.

Divers 0865

Clocher de St Fortunat sur Eyrieux

Dans mon petit village, jamais l'expression "aux matines sonnantes" ne résonne avec autant de vérité.

Divers-0867.JPG

St Fortunat/Eyrieux

Dès 7h le matin, le brave péquin en vacances, qui ignore la survivance de cette tradition héritée du temps d'un christianisme triomphant, se voit rappeler à ces anciens devoirs oubliés et, plus probablement, se retournera t'il sur le ventre en enfonçant sa tête à cloche sous le traversin, en maudissant l'agence de vacances qui a omit de le prévenir de ce petit désagrément...

Divers-5200.JPG

St Fortunat/Eyrieux, vue des Serres

A midi, il aura droit à 60/70 coups de haute volée pour saluer le mitant du jour et faire trembler les glaçons de son pastis...

A 7h le soir, rebelote et une cinquantaine de der...

Divers-0866.JPG

Entrée de l'Eglise

Les cloches de mon village sécularisent le patrimoine auditif du petit peuple de France qui vit encore un peu avec l'archétypiel "Angélus de Millet".

images-1-copie-1.jpeg

Certes, il trouvera utile l'annonce régulière de l'heure qu'il est, un peu moins les demi-mesures tombantes au hasard des siestes digestives, ou d'une insomnie comateuse qui le tiendront éveillés trente minutes, aux aguets de la prochaine heure...

20-Clocher peigne

Clocher en Margeride

Les cloches de mon village font l'unanimité quant à leur utilité inutile. En ce siècle moderne de la toile, des temps atomiques et des méridiens fuselés comme des créneaux de Dieu, il y a belle lurette que mon curé a déserté son office, et que la race des bedeaux s'est éteinte avec le dernier enfant de coeur qu'a souffleté l'Evêque. C'est bien hélas une confirmation. Nous sommes aujourd'hui conditionnés aux sons strident des sirènes d'usine, aux mugissements glaçants de celles des pompiers, aux deux tons agressifs de la maréchaussée de nos mégalopoles.

images-3-copie-2.jpeg

Divers 4837

Dans ce tintamarre stressant, dénaturant et conditionné, les cloches de mon village, sentencieuses et immuables, jouent une toute autre partition. Elles nous rappellent inlassablement que le temps nous est compté à toute heure du jour et de la nuit, où que l'on soit, en un chagrin comme dans un bonheur. Elles ont la délicatesse de ne pas être reçues seulement avec la perception de lingots sur le revenu de nos chers morts, c'est à dire que les glas sont servis envers et pour tous...

Divers-9521.JPG

Mont St Michel

Les envolées sonores des jours de fête portent le témoignage oecuménique possible du profane et du sacré, de l'athée et du croyant, qui ne sont jamais si éloignés l'un de l'autre qu'ils ne puissent écouter avec ravissement ses battements de fonte et d'airain qui montent et descendent de la terre au ciel.

Corse-clocher Canari

Clocher de Canari, Corse...

Dans les grands chambardements qui bousculent les nations et les peuples d'Occident, les cloches annoncent toujours l'Empire du mal à venir, un prémonitoire désastre. Il y a cent ans, août 14...

Divers 2103

Clocher de l'Eglise de Mézilhac

La simplicité laborieuse et obstinée de leur usage a donné nom à une foule de gens. Celui-ci, celle-là, un peu fêlé, un peu fada, un petit peu con, se verra attribué le sobriquet moqueur de "cloche"...

Divers 5199

Et s'il est vrai qu'elles et qu'ils sont nombreux à sonner faux dans l'expression de leur art oratoire, il y a des périodes où quelques volées et envolées feraient mieux de ne jamais revenir de  Pétaouchnoc ou de Rome...

Divers 5196images-2-copie-1.jpegDivers 5198

De mon village et d'ailleurs, belles cloches femen...

Ainsi, dernièrement, avons nous pu entendre quelques perles sonores du plus bel fêlé. La France électorale a ceci de réjouissant qu'elle nous propose des joutes verbales et des horions en tous genres que nous qualifions à bon droit de "clochemerlesque". C'est bien la preuve, s'il en fallait une, que ce sont bien ces batailles de clocher qui déterminent la profondeur cul-terreuse d'un vivre ensemble centré sur notre nombril alter-clocher, aux antipodes du mondialisme triomphant.

images-copie-5

Marcheuses et marcheurs, longtemps encore le regard porté sur le clocher d'un village, l'écoute rassurante de ces demoiselles campaniformes, nous préservera sans doute des ombres séditieuses des saintiers* de la modernité.

Divers 0208

* Fondeur de cloches



Publié dans chronique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lou Reïgis 30/03/2014 11:20

Savoureuse répartie de mon Caminaroudoudou, et tellement vraie!!!

caminares 31/03/2014 17:39



Dong! Dong! Ding! Dong!!!!!



Lou Reïgis 29/03/2014 09:54

Quand tu te décideras enfin à convenir d'entrer dans l'expérience initiatique humaniste, profane Caminaroudoudou, tu comprendras combien l'"esprit de clocher" ne saurait cheminer sur les
"saintiers" de la gloriole de "ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part"...

caminares 29/03/2014 11:53



Ce qu'il y a de bien avec mon Lou Reïgisriquiqui, c'est qu'il démarre au quart de tour.... Comme les cloches de St Fortunat à l'heure de l'angélus, quoi.....



caminares 28/03/2014 10:23

Boudu, comme on dit par chez moi.... Enfin, quand je dis par chez moi.... Ah! Ces satanées cloches... Quels souvenirs mélodieux, du haut de la tour du château de Messire Lou Reïgis, lorsque, à
trois heures du matin, elles sonnent, sonnent sonnent...
Et après, ce bon zigue s'étonne au matin de ma mine palotte!!! Parce que, il faut se les fader, les cloches de Saint Fortunat sur Eyrieux....

caminares 28/03/2014 16:13



Et cela, je vous l'assure, c'est du vécu!!! J'avoue, que, en matière de cloches, Jean Yves en connait un rayon. Combien de fois m'a-t-il mis le bourdon? Cet homme là, je le crie haut et fort,
carillonne à qui mieux, mieux....


Pourtant, je me pose une question: comment fait-il pour ne pas avoir l'esprit ...de clocher?