La Montagnette

Publié le par caminares

Petit massif dont le point culminant se situe à 167 mètres d'altitude, la Montagnette est coincée entre la plaine du Rhône, celle de Durance et les champs d'oliviers de la plaine de Maillane, cité natale de Frédéric Mistral.

Au coeur du massif, l'Abbaye de Saint Michel de Frigolet, aux murs d'enceinte austères et gris, est le départ d'une agréable randonnée aux odeurs de thym et de romarin.

Munis d'un topo guide imprimé le matin même sur le site du CDRP13, me voilà en route sur les traces jaunes en direction de Boulbon. Un léger et revigorant mistral, mâitre des lieux, m'accompagnera tout au long de mon cheminement.

Par une sente rocailleuse, conglomérat rougeâtre typique de la Provence, je m'élève en silence vers une première crête; très vite, le sentier relève des montagnes russes. Et même si la dénivelée n'est jamais importante, le panorama s'offrant à mes yeux est d'une beauté rare.... Au Nord, le Ventoux, revêtu de son manteau blanc, mérite bien son surnom de Géant de Provence. Plein sud, une barre blanchâtre bouche l'horizon: les Alpilles.

Ici, les baliseurs bénévoles ont bien travaillé: une multitude de chemin plus ou moins large coupe l'étroit sentier que j'emprunte.

Un coup d'oeil sur mon topo: prendre droit la sente qui se dirige vers la haute cheminée! Effectivement, en me décalant un peu, j'entr'aperçois au dessous de la canopée la fine silouhette d'une incongrue cheminée rouge et blanche. Telle une immense balise, elle indique la direction à prendre. Je comprendrai plus tard que cet appendice appartient à la centrale thermique sise sur la rive droite du Rhône.

Résolument, je m'engage dans cette sente qui, très vite rejoint le fond d'un ru désséché: le vallon de Saint Michel. De part et d'autre de ce talweg, des traces indélébiles du travail des anciens se fait jour: muret de pierre, olivier redevenus sauvages....P1060718

A l'approche de Boulbon, un moulin se dresse fièrement sur sa crête. Le vallon se retrécit encore pour finir en une gorge étroite aux marches sculptées dans la roche. Une ancienne forteresse me fait face. Je suis à Boulbon.P1060736

Mais avant d'envisager la visite du village, des points rouge m'entrainent vers le Moulin Bonnet. De là, la vue est magnifique sur la plaine du Rhône. Face à moi, la cheminée se dévoile dans sa nudité industrielle.... Sur la droite, Aramon. Le majestueux fleuve roule ses flots tranquilles: le Rhône, coule paisiblement vers son delta et la Camargue. A ma gauche, au soleil rasant, la forteresse de Baucaire s'oppose à la masse sombre du château de Tarascon. A mes pieds, le village, telle une véritable crèche, s'étale langoureusement sous le soleil d'hiver...

P1060744J'imagine les charrettes remontant le large chemin pentu, chargées du précieux blé... Je vois les immenses voilures entrainant dans une ronde féérique la meule de calcaire d'où s'écoule la farine nourricière.... Au son des fifres et des tambourins, des villageois improvisent une farandole.... Tout un monde révolu s'impose en moi. Daudet et Fonvielle sont à une portée d'arbalète, Mistral me parle de Mireille, le vieux parlé, la Lenga Nostra de nos anciens me monte aux lèvres. Ce lieux est simple et magique.

Je m'ébroue et sors de ma rêverie. Le jour tombe vite en cette saison, il me faut repartir.

Par une longue traversée sans grand intérêt je sors du village et laisse les lotissements bordés de quelques vergers derrière moi. Je traverse de grandes oliveraies, richesse et pâtrimoine de la région. Le chemin forestier s'élève en lacets, langoureusement, épousant la forme douce des collines. Sous les pins d'Alep, un troupeau de jeunes encornés à la robe fauve, me rappelle qu'ici la tradition taurine est vivace. Impavides, les taurillons me regarde passer, sans manifester le moindre intérêt pour ma personne.P1060762

J'espérai la fabuleuse Tarasque, mais la chimère créature ne se montra point. Pourtant, au loin, l'ombre de Tartarin de Tarascon veillait...

Un carrefour, une citerne et la longue promenade continue. Les Alpilles resplendissent au soleil, le Ventoux étend son aile protectrice sur la Provence. Je croise de très rares randonneurs.

Au détour d'un virage, les tours baroques de l'abbaye surgissent. Ma randonnée se termine.

Pourtant, avant de rejoindre mon véhicule, je visiterai rapidement le site. Il me revient que ce brave père Alphonse, Daudet de son patronyme, situait en cette Abbaye la fabrication de L'Elexir du Révérend Père Gaucher...

Je décidai donc de ramener une fiole de ce précieux liquide dont la dénomination réelle est "la liqueur des Prémontrés", mais devant le prix prohibitif de cet elixir, je me rabattai bien vite sur l'eau douce et naurelle de ma besace....

 

Voir l'Album Photo "La Montagnette"

Publié dans compte rendu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lou Reïgis 09/01/2013 19:11

C'est hibou, on n'a pas besoin de ce déplacer pour visiter la campagne provençale, Caminares le fait pour nous...!