Sur la grève du Mont Saint Michel

Publié le par Lou Reïgis

Un petit séjour en Bretagne au mois de juin dernier nous a permis de faire une courte incursion en Normandie, au Mont Saint Michel.

divers-9470.JPG

Nous étions accompagnés d'une aïeule octogénaire, bonne chrétienne et catholique convaincue. De sa vie, elle rêvait de découvrir ce haut lieu de l'allégorie mystique de la lutte incessante entre le bien et le mal. Elle ne fut pas déçu notre Mamie, malgré les dénivelés positifs qu'elle due affronter. Portée par une foi inébranlable en la puissance divine, elle avala sans coup férir les innombrables escaliers, dont il faut bien admettre qu'ils ont de l'esprit.

divers-9518.JPG

Haut, toujours plus haut, telle devrait être la devise spirituelle du Mont St Michel dans l'ordre de la croyance aveugle en la rédemption des âmes par delà le bien et le mal, comme qui dirait l'ami philosophe Frédérique N.

Creme-glagee-ardechoise-9634.JPG

Et ça tombe bien, on est monté haut voir le Très Haut, et qui plus est gratis.

Pour pas un rond l'accès du lieu nous fut ouvert par la grâce d'une action revendicatrice des guides et autres travailleuses et travailleurs de St Michel, dont la bonté Divine leur court sur le haricot ces temps derniers. La matérialité des choses n'est jamais absente bien longtemps quant il s'agit de remplir la gamelle. Il y a fort à parier que l'évêque Aubert en 708, ne devait pas ignorer l'instincts païen et grégaire de ses ouailles, et nul doute que quelques conflits durent surgir par l'entremise experte du malin dont on a la preuve mystificatrice qu'il traîne dans le coin depuis des lustres.

divers-9571.JPG

C'est ainsi que nous franchîmes la salle des Gardes et gravîmes l'escalier du Grand Degré que le Père Celsius dispute encore dans quelques contrées au Père Fahrenheit.

Quoiqu'il en soit, l'ébullition physique et revendicatrice des uns et des autres firent que le point de fusion et de conversion au Mont atteint nos coeurs, tripes et boyaux, dans des proportions incongrues. Voilà tout le mystère dévoilé, dans le silence de notre conscience relevée des ruines de l'âme.

Creme-glagee-ardechoise-9551.JPG

 Les amateurs de symbolisme et de tralala ésotérique, ne manqueront pas d'être impressionné par la forme pyramidale du Mont que les maîtres d'oeuvre du Moyen Age enroulèrent autour du rocher granitique. Ca et là quelques indices curieux et subtiles ouvrent sur les conjectures dans lesquelles les aficionados des confréries de la maçonnerie spéculative débattent depuis des siècles et des siècles, amen.

divers-9593.JPG

A la terrasse de l'ouest, l'air marin et l'étendu sublime  sur la baie de Cancale pose le devenir immédiat de notre poésie intérieure. Et si tu lèves les yeux, là haut tout là haut, tu vois la statue en cuivre doré de St Miche-Miche armé de son glaive, pointe ultime du clocher de l'église abbatiale. Putain de moine que c'est beau!
Mont-St-Michel-9529.JPG

Je ne vais pas vous faire le descriptif détaillé de toute la Merveille. Allez donc voir vous même le cloître, le réfectoire, la salle des Hôtes, la crypte des gros piliers, celle de Saint Martin, l'ossuaire des moines et la roue gigantesque utilisée au Moyen Age pour les chantiers de construction. La chapelle Saint Etienne, le grand axe nord-sud de l'escalier du même nom où déambulaient les moines vers le promenoir, longue salle à double nef. Cette dernière annonce tout simplement la naissance de l'art gothique au début du XII siècle. La salle des Chevaliers abritait le travail intellectuel des résidents du lieu et la visite de la Merveille s'achève par l'Aumônerie où les moines accueillaient les pèlerins et les gueux de toutes sortes, c'est à dire pour l'essentiel des pauvres de toutes conditions.

Creme-glagee-ardechoise-9560.JPG

Un de ces jours prochains, j'emmènerai l'ami Caminares en visite du lieu. D'ici qu'il en ressorte tonsuré de frais, drapeau rouge et poing levé, robe de bure et cordon tressé à la taille il n'y a qu'un pas, ou un coeur de nonne à convertir à la butte finale.

Creme-glagee-ardechoise-9478.JPG

Abbaye du Mont-Saint-Michel, vendredi 14 juin 2013.

Voir l'album   Mont-St-Michel     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié dans chronique

Commenter cet article

Moun 02/07/2013 07:29

Bonjour
Que dire du récit qui m'a mis le sourire aux lèvres tant je partage cette vision ! Au-delà de la dimension mystique, l'oeuvre en elle-même est vraiment remarquable :)

Merci en tout cas de montrer quelques joyeusetés et bondieuseries dont la Bretagne et alentours sont dotées.

caminares 02/07/2013 19:00



Mon bon Lou Reïgis, va en baver de plaisir, à la lecture de ton commentaire....



Caminares 01/07/2013 18:07

Il est fantastique, Mon Lou Reïgis.....Je lui propose une humble chapelle au nom de St Michel de Anesca blottie sous un renfoncement de falaise, il me répond par "LE" Mont St Michel, imposante
bâtisse, certes respectable, mais où l'humilité semble être un vilain défaut... Décidement, nous n'avons pas les mêmes valeurs....