Il est gonflé, le bougre.....

Publié le par caminares

Une fois de plus, il me faut rectifier la vérité....

En cette nuit de fin d'hiver, alors que le village endormi se reflétait dans les eaux fraîches de l'Ardèche, le Dieu Mars, qui comme chacun sait est celui de la guerre, s'interposa entre les deux matelas jumeaux du centre de Vacances vivarois. Car ce fut un combat, rude et âpre où les belligérants ne baissèrent pas la garde....

P1030933.JPG

J'eus beau lui crier, "Arrête -t-on Char, camarade", mon Lou Reïgis voulut de toute force me faire connaître l'extase d'une poésie surréaliste dont je n'avais que faire à l'heure avancée où nous nous couchâmes. Mais rien n'y fit! Têtu comme une mule ardéchoise, mon compère attaqua son fameux "Fureur et Mystère" d'une voix puissante et monotone!

Que voulez-vous que je vous dise! Question surréalisme, je préfère Prévert, Jacques ou Vian, Boris à Char, René de son petit nom! Qui puis-je? Alors oui, devant cet alignement de mots auxquels je ne comprenais goutte, je l'avoue, je me suis réfugié dans les bras de Morphée...

C'était une question capitale: il fallait que je m'endorme avant lui! A St Fortunat où il réside, seules les cloches d'église font plus de bruit que lui! Mais elle, au moins, ont l'élégance de le faire toutes les heures, pas toute la nuit!

Et ce gougnafier, vexé de voir que j'avais pris de l'avance, me réveilla brutalement! Et toute la nuit, à tour de rôle, car là est la vérité, nous nous sommes époumonnés à siffler afin de calmer des ronflements gargantuesques (de lui) ou délicats (de moi..). En ce qui le concerne, cela marche: juste le temps de repartir de plus belle...

Bref, après avoir passé la journée à chercher le nord, en cette nuit de vacarme, je fus tout déboussolé...

Quand je pense que j'ai décidé de faire Compostelle avec ce triste sire....

 

 

PS : question embonpoint, le sien est plutôt pas mal....

Publié dans chronique

Commenter cet article