Geniant... suite et fin... et souvenirs d'antant...

Publié le par caminares

Reçu d'un fidèle lecteur de la première heure, habitant de ce sud-ouest qui a bercé mon enfance, car nous sommes lus de Bretagne en Ardèche en passant par Toulouse et sa banlieue (grande puisqu'elle va jusqu'à Bagnère de Bigorre) et même depuis peu du côté de Saint Chamand (Salut à toi, mousquetaire Fabian!)

 

"Pour ton lou regis......et sa chronique.

 

Geignant et non" géniant", du verbe geindre (gémir, piailler, pleurnicher, se lamenter, etc......)"

 

Ah! que la langue français est belle lorsque elle est ainsi déclinée...

 

Donc acte...


Et le voilà, maintenant, ce bon Lou Reigis, avec l'émotion à fleur de peau... Il nous ressort d'un placard poussièreux une ballade nostalgique, la Chanson de Mallory... En ce temps là, "Bambino" jouait toujours de la mandoline, "le petit Gonzalez" n'allait plus à l'école depuis 2 ans, "les canons de Navarone"avait fini de tonner et "Telstar" ne traversait plus les nuages, pendant que "le train sifflait toujours trois fois" avant de traverser "le Pont de la Rivière Kwaï...."

Johnny chantait "Le Pénitencier" et "les Mauvais Garçons," ma tante transcrivait en sténo les chansons des Compagnons de la Chansons que nous chanterions plus tard "Au bleu de l'été", lors des repas de fêtes familliales..

Les dactylos Rock dansaient aux rythmes des guitares et les Chats Sauvages hurlaient à la nuit...

Et moi, pendant que Lou Reigis s'escrinet comme le col éponyme à pousser fort sur ses pédales, j'écoutais à la télé Gigliola Cinquetti qui, avec Non Ho L'Eta, gagna l'eurovision devant Rachel  son "Chant de Mallory" qui termina quatrième...

Nous étions en 1964, j'avais 12 ans et les Beatles partageaient l'affiche de l'Olympia avecTrini Lopez et... Sylvie Vartan!

Oh! Mon Lou TReigis, cela ne nous rajeunit pas tout ça...

 

Mais depuis, Lou Reigissou, transformé en Tintin des temps modernes nous a rapporté d'Alba la romaine, capitale de l'Helvie ancienne, un reportage dont lui seul à le secret....

Donc, promis, je ne geindrai plus sur ses fôtes d'ortografes.....

Publié dans chronique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moun 09/10/2013 06:28

Et ben voilà... quant aux références musicales citées, rha la la, au moins en ce temps, les chanteurs savaient chanter (juste pour titiller un peu la jeunesse qui passerait par ici).

Voilà un réveil qui chantonne et donne la pêche.

Merci et belle journée

caminares 09/10/2013 14:21



Tu te rends compte! Dalila, les Compagnons de la Chansons de la Chansons, Eddy Michel quand il était encore Chaussette Noire, Dick Rivers et ses chaussettes pas propres, John Williams.... Et
d'autres encore que les moins de quarante ne peuvent pas connaître!