Et la vie continue....

Publié le par caminares

Après la tristesse des jours derniers....

Sur un chemin empierré d'Ardèche, au-dessus du ruisseau où l'onde hivernale s'emballe le long des méandres calcaireux, le printemps, petit à petit fait son apparition....

Ici ou là, les crocus offrent au timide soleil de mars leurs pétales appétissantes.

P1080613.JPG

Un bourdon noir murmure son affection à la belle héllébore verdissante.

P1080604.JPGLà-haut, sur sa coulée de lave, le vieux village immobile sous le vent léger, domine de sa prestance passée le plateau de chênes séculaires où l'antique oppidum surplombe les flots tumultueux de ma chère rivière.

P1080610.JPGQuelques violettes, pas encore impériales parsèment par endroit de leur bleu éblouissant la garrigue environnante.

P1080624.JPGMon père, lentement, remonte le chemin, oubliant pour un temps le chagrin qui l'habite...

P1080605.JPGNous n'irons pas bien loin, en cette promenade champestre. Le temps n'est pas aux randonnées lointaines...

Sur cette route ancienne, au temps de mon enfance, nous allions ensemble vers cette grotte cachée et cette source qui jamais ne tarie en été...

Il y a si longtemps, maman....


Publié dans chronique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moun 13/03/2014 10:56

Bonjour Francis et je prends part à cette grande peine qui t'habite et rien de plus normal. Tu as écrit dans ce billet, le plus beau poème qu'un fils peut écrire à sa mère.

Maintenant, c'est le Papé qu'il faut protéger, aimer et guider sur ce chemin qui s'écourte petit à petit.

Prends bien soin de lui et de toi.

Bisous si tu permets

caminares 13/03/2014 13:21



C'est ainsi. Mais la vie continue...



Jean-Yves 11/03/2014 11:14

Tout en tendresse et mélancolie... Le temps qui passe, aussi... Mais es tu sûr qu'il y a si longtemps? Les souvenirs nourrissent le présent, et quand ils sont doux et beaux comme ceux attachés à
une Maman, leurs présences sont intemporel, profonds et légers.