11 novembre

Publié le par lou Reïgis

 

 

 

 

<< Ils pensaient mourir pour la patrie, ils sont morts pour des industriels >>

Cette phrase poignante et terrible est signée Anatole France. L'écrivain n'était pourtant pas réputé pacifiste...

Ecoutez attentivement cette chanson de désespoir, d'ironie amère, et souvenons nous de leurs 20 ans posthumes, figés sur les froides stèles de nos monuments aux morts de la plus sanglante guerre de tous les siècles passés.

 Offensive Nivelle : Craonne, 3 jours: 15000 morts, 3 mois: 150000 morts...

A la mémoire de mes deux Grands Pères revenus vivant du champs d'horreur, Jean François Régis Bonhomme et Henri Gabriel Sarméo, mais peut être et surtout pour ce Grand Oncle, fusillé pour l'exemple aux mutineries de 17, et dont je n'ai toujours pas le nom de famille avec certitude encore aujourd'hui, cette chanson anonyme...


Publié dans chronique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article