Un Homme éveillé...

Publié le par caminares

"Qu'est-ce qu'un homme éveillé?

C'est avoir le sens du beau, du vrai, du bien. Un homme éveillé se critique lui-même, élimine ses propres préjugés, à son insu, à cause d'un certain esprit d'accueil ; il s'enrichit de chaque rencontre, de tout ce qu'il voit, entend. Il se méfie des faux discours, des fausses valeurs, mais il est capable d'admiration et de joie. De colère aussi: celle du moins qui a la forme d'une joie blessée, au spectacle d'un monde sali, de vies gâchées par l'égoïsme, l'avarice de l'esprit et du coeur.

Il ne suffit pas pour croire de s'engager au service de la justice et de la vérité, de signer des papiers, d'adhérer à un groupement, d'avoir des idées modernes. Quel que soit le rôle que l'on tient, c'est le coeur qu'il faut changer, l'âme qu'il faut élargir, ses propres idées, son vocabulaire, c'est à dire sa propre paresse spirituelle qu'il faut mettre en question. Un homme qui ne rayonne pas sa vie intérieure, c'est à dire sa jeunesse, quel que soit son âge, n'est qu'un représentant de plus, un acteur au théâtre. Tôt ou tard, il faut ôter son masque, au moins devant soi-même. C'est cela prier. N'être plus que ce qu'on est devant la mort, devant Dieu.

Un homme est un homme cultivé, sans cesse à l'affût. Mais la culture n'est pas d'abord un avoir ni un savoir : elle est une manière d'être au monde. Elle suppose l'humour qui élargit le champ de vision, empêche de dire et de penser que tout va mal quand on est fatigué, ou que le monde est condamné quand on est soi-même à bout de course.

Je vous invite donc à chercher des livres vrais, issus d'une expérience authentique, écrits avec du sang, de la joie et de la douleur. En tout homme, il ya des forces insoupçonnées de réveil et d'allégresse. Si pour vous, tel ou tel livre a été une illumination et a changé votre vie, dites-le moi, je m'en ferai l'écho. N'est pas là aussi oeuvre de charité?"

Jean Sulivan, Prêtre et Ecrivain (Bloc Notes - Edition SOS)

Ce petit texte, je l'ai découvert presque par hasard, dans la petite chapelle du village de Sivergues. Blotti au fin fond du Lubéron, au pied même de la Montagne provençale, Sivergues est un petit village perdu, tranquille et bienveillant...

A quelques encablures de Sivergues, au fond d'une vallée encaissée, coule une eau rare et limpide, seule onde qui traverse la montagne et sépare le Grand du Petit Lubéron. Cette eau vive s'écoule vers la Durance par la Combe de Bonnieux puis la Combe de Lourmarin. Elle a pour nom l'Aiguebrun..

Ce lieu est propice à la poésie, à la contemplation et à la réflexion....

Un Homme éveillé...
Un Homme éveillé...
Un Homme éveillé...
Un Homme éveillé...
Un Homme éveillé...

Publié dans Article

Commenter cet article

Moun 22/08/2015 08:23

Tiens tiens, un lieu qu'il m'aurait plu de découvrir.. effectivement il y a de la poésie dans l'air tout autant que cette zénitude qui appelle à travers les clichés.

Merci et bises