Annecy et Tante Amélie

Publié le par Lou Reïgis

Ainsi que vous l'a admirablement raconté Caminarès, si la pluie fut au rendez vous Savoyard de l'Ascension, la joie et une bonne humeur générale furent de circonstance.

Il n'y a pas à dire, les Savoyards savent recevoir, s'adapter avec justesse et placidité aux aléas capricieux du climat montagnard.

Or donc, malgré ou à cause de la pluie, le programme initial chamboulé nous vit arpenter les pavés de la vielle ville d'Annecy. Un lieu commun est de dire avec emphase: << Dieu! quelle belle ville!>> Laissons à Dieu ce qu'il lui revient (c'est à dire somme toute pas grand chose...), cette ville fut établi par le labeur, l'intelligence et le savoir bâtisseur des hommes, hallelujah, hallelujah ! ! !

 

Venise en Savoie

Venise en Savoie

L'Histoire de ce pays est édifiante; d'une extrême pauvreté, qui vit autrefois ses enfants se faire ramoneur aux six coins de l'hexagone, puis au delà des mers, pour aujourd'hui crouler sous les €uros exposés tout autour de ce lac, véritable joyaux de la couronne de Savoie.

Tout au long des ruelles d'Annecy, pavées de bonnes intentions commerciales, alanguies de déversoirs maçonnés du trop plein du lac éponyme, nous avons chanté sous la pluie de cette miniature de Venise en Savoie. Peu de monde déambulait à vrai dire, ce qui nous autorisa à lorgner les ardoises des toits, le château médiéval, la modernité de l'Hôtel de Ville, et tirer à hue et à dia sur les tirants d'eau comminatoires de nos ambivalences trublionnes respectives. De cette balade impromptue, nous avons conclu que Annecy est définitivement une belle ville.

Annecy et Tante AmélieAnnecy et Tante Amélie
Annecy et Tante AmélieAnnecy et Tante Amélie
Annecy et Tante Amélie

Et puis, il y a Tante Amélie...

Ce haut pays de montagne, aux hivers rudes, à la tâche ingrate du labeur paysan, dont on pourrait croire en une sclérose burinée pour les choses de l'esprit, réserve à l'auditeur attentif des veillées à la lampe à huile ou à la bougie vacillante, une surprise que je qualifierai de haute teneur intellectuelle.

Ayant traversé les âges, du coin des âtres, s'échappant hors les masures et les étables, une mélopée doucereuse, énigmatique, songeuse et un brin désespérée, monte parfois du tréfonds de ces coeurs endurcis et noueux des paysans du cru.

Annecy et Tante Amélie
Annecy et Tante Amélie

Sur une musique improbable, chantée par une dénommée Annie Chancel (qui en changea lamentablement le texte, au titre approximatif de "Ecoute ce disque", pour le moderniser à l'antienne des "yé-yé"), je vous livre les paroles authentiques, telles qu'elles me furent rapportées par une ethnologue de ces chansons perdues, contines des fermes et refuges du pays Savoyard, et vous les laisse fredonner et méditer :

<<C'est tante Amélie, woua woua woua woua woua woua /Qui m'avait promis, woua woua woua woua woua woua/ Trois poils de zizi, woua woua woua woua woua woua/ Pour faire un tapis, woua woua woua woua woua woua >> << L'hiver est passé, woua woua woua woua woua woua/ Les poils sont tombés, woua woua woua woua woua woua /Adieu beau tapis woua woua woua woua woua woua woua /De Tante Amélie, woua woua woua woua woua woua woua woua woua woua woua woua... woua... wouaaaaaaaaaa ... >>

Marie-Claire, Ethnologue de la chanson populaire des Pays de Savoie

Marie-Claire, Ethnologue de la chanson populaire des Pays de Savoie

Et pour le fun....

Et pour le fun....

Publié dans article

Commenter cet article

Caminares 25/05/2015 09:04

Et dire que j'ai raté cet épisode... Merci de l'avoir si bien décrit! Ah! cette tante" Amélie", que de talents cachés...