Station d'Autoroute, l'état sauvage.

Publié le par Lou Reïgis

La route est longue qui ne mène à nulle part. Formellement, si tu pars d'un point A pour te rendre à un point B, la ligne droite est la plus assurée des lignes de conduite.

Mais il est bien connu que l'homme a un cerveau reptilien, ce qui le range dans la catégorie des animaux à mue. Il change de peau aussi aisément que le lui permettent les situations qu'il trouve dans sa jungle de neurones mentales. Et le bitume de l'autoroute des vacances est une jungle environnementale où s'expriment toutes les faces cachées, qui se craquellent sous le verni de l'éducation.

La pose en station d'autoroute est un vivier inépuisable d'observations éthologiques.

C'est un lieu rare où se côtoie le "panel représentatif" de la faune sauvage des humains. L'été est la saison de toutes les expériences observatoires. Ainsi, il n'est pas rare de voir onduler la croupe tentatrice des antilopes qui s'en vont boire aux machines à café sous les naseaux écumants de lions décrépits. Les bus des gnous de tout âge déversent leurs flots ininterrompus vers les lieux d'aisances d'où reviennent, outrées, quelques fausses septiques aux crinières filasses. La décrépitude avancée d'éssieux de mi-nuit n'annonce d'apostolique que des sous-papes fumantes sous l'enrobé de bure, décorées de pacotilles vendues à prix d'or. Beaucoup d'animaux de ce cirque vivent en captivité, et leurs maîtres les trompent d'apparences heureuses. Des capucins en cage sont promenés ostensiblement par des montreurs d'ours bien léchés.

Parfois, la grâce est de passage. Une bulle de bonheur qui éclate, légère et suave. C'est un sourire innocent, un décolleté prude, une robe légère aux fraîcheurs de sources vives. Et cette pensée fugace << tient, un peu d'humanité...!>>.

Une station d'autoroute, c'est la marche du monde concret. Rapines et discordes qu'on crées pour exister. Les velléités prométhéennes des départs amorcés s'enfoncent dans les obscures ténèbres des ressentiments tragiques.

Que d'efforts exigés pour devenir humain, plus humain...

Station d'Autoroute, l'état sauvage.
Station d'Autoroute, l'état sauvage.Station d'Autoroute, l'état sauvage.
Parfois, la grâce est de passage....Parfois, la grâce est de passage....

Parfois, la grâce est de passage....

Publié dans Chronique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article