La Quête du Graal, enfin presque...

Publié le par caminares

Lorsque pluie et soleil inondent la montagne

Sur le bord des chemins, carrosses arrêtés

Les quidams campagnards parcourent la campagne

C’est la quête du Graal, aux cèpes et bolets...

Je me suis amusé à ce jeu de recherche

Sac au dos, godillots et boussole en main,

Je suis parti matin confiant et plein d’entrain

La rumeur précédant mon désir enfantin...

Aux abords du vieux col, dans le bois dit de Cuze

J’ai stoppé mon Duster sur la piste où s'amuse

La fraîcheur de ce jour, sous la verte ramure,

Me donnant le frisson d’être dans la nature...

En marchant yeux rivés au sol cherchant le Graal

Alors que, en pensée, montaient ces quelques vers,

Je pensais à l’ami, que dis-je, à mon frère

Qui courut ce versant à l'aune du grand père...

A lui seul je dédie ces vers de mirliton!

Car lorsque ma muse s’amuse et me titille

Je sais ce qu’il en pense de mes maudites strophes

Qui pour lui ne sont que rimes catastrophes….

Si ses vers valent mieux que ceux hantant mes prises

Au moins cèpes et bolets que j’ai eu sans méprise

Régaleront ce soir ma panse et mon père,

Demain nous en rirons, tout en prenant un verre !

Ah ! Mon bon Jean Yves, voit ce que tu m’inspires…

La Bise au Bois de Cuze ce matin était nulle

Tout comme ces rimes que je ne te dissimule,

Mais ripaille ce soir j'aurai fait et bien pire….

La Quête du Graal, enfin presque...
La Quête du Graal, enfin presque...
La Quête du Graal, enfin presque...
La Quête du Graal, enfin presque...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moun 18/08/2014 18:08

Bonjour Francis,
En voilà un bon petit repas ! Récompense d'une quête d'un Graal culinaire ! Bon app et bravo pour ces vers d'un poète qui est né pour ne faire qu'un avec cette si belle nature.

Lou Reïgis 13/08/2014 08:53

Mon Caminaroudoudou est un incorrigible et redoutable versificateur de vers de mirliton !
Mais il y met toujours un peu de naïveté, une bonne grosse dose d'amour, une délicieuse tendresse de bourru, et passe toujours à coté de jeux de mot dont il n'ose pas user quant il écrit ce qu'il pense être de la poésie. En cela il y a quelque chose d'Hugolien en lui ! ! !
J'ai noter l'allusion, comme un exploit, de vous signaler sa dernière acquisition. Non, ce n'est pas de sa belle dont nul ne connais encore le visage et qui à pour prénom Martine, mais celle plus triviale de quatre roues avec une caisse dessus. Il la nomme: Duster...
Caminarès use souvent de la pince sans rire. Il n'est donc pas étonnant qu'il ait choisi un Duster qui tonne....